Prochaines sorties  

VTT Loisirs
Sam Déc 14 @13:30 -
VTT
Dim Déc 15 @09:00 -
VTT Loisirs
Sam Déc 21 @13:30 -
VTT
Dim Déc 22 @09:00 -
VTT
Jeu Déc 26 @09:00 -
VTT Loisirs
Sam Déc 28 @13:30 -
VTT
Dim Déc 29 @09:00 -
VTT
Mer Jan 01 @09:00 -
   
Décembre 2019
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
   

Espace Membre  

Bonjour, connectez-vous

   

mixte 250-250

   
×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/cycloclul/www/plugins/system/notificationary/notificationary.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

Le cyclo club de Saint-Avold qui a connu son acte de baptême en 1981 compte encore en son sein de nombreux membres présents à l’origine.

On pourrait donc penser à un engourdissement, à une machine qui s’enlise dans la routine, à un vieux pachyderme sous perfusion.

Que nenni, c’est tout le contraire.

Le cyclo-club qui organisait à ses débuts et pour la première fois en 1993 une sortie annuelle sous forme de week-end prolongé a, depuis, pratiqué la formule de la sortie toujours annuelle mais sous forme d’une semaine complète.

Ainsi les membres du club ont pu, année après année, découvrir les régions de France, et même parfois les pays limitrophes.



Jusqu’à présent les participants rejoignaient le site retenu avec leur propre véhicule. Une fois, en 2003, pour la sortie en Corse le moyen de transport choisi fût le bus et le ferry.

Innovation cette année. D’une part si on parle toujours de sortie annuelle, ce n’est plus forcément la sortie unique de l’année mais grâce à l’implication des plus dynamiques une deuxième sortie d’une semaine a été organisée. Et cette fois-ci, vu la destination retenue à savoir : l’île de Majorque aux Baléares il était difficile d’effectuer le déplacement en voiture ou à vélo. Alfred nous a organisé un déplacement pratiquement à partir de devant notre porte où une navette (Disons 4 pour l’ensemble) est venue nous chercher pour nous conduire, qui à l’aéroport de Roissy, qui à l’aéroport de Bâle Mulhouse, pour un transport à Palma de Majorque.

Là l’organisateur avait tout prévu, à peine une heure après notre arrivée à l’hôtel LOS PRINCIPES GRUP hôtel à Alcudia Playa de Muro nos vélos nous attendaient réglés pile poil à nos dimensions, prêts à prendre le départ. Pour ceux qui possèdent des garmins, et ils sont de plus en plus nombreux, traces déjà enregistrées. Il ne restait plus qu’à passer une bonne nuit pour être en pleine forme demain matin et prendre le départ.

Ah j’allais oublier, avant cela, nous allions prendre connaissance de notre hôtel et de sa table prestigieuse et abondante. En effet pour avoir déjà voyagé un peu, j’ai quelques points de comparaison, eh bien chapeau !
baleares2

baleares3


Quelques détails sur ce point avant de plonger dans notre séjour proprement dit. Difficile de résister, à chaque fois on se dit, je m’autorise cette fois à retourner prendre une entrée, je serai plus raisonnable la prochaine fois, et puis oh, je vais quand même manger une langoustine, elles sont tellement appétissantes, et avec ça quelques olives à la grecque, mais pour faire plus beau je rajoute des petites olives vertes, et puis des autres au piment. Du poisson froid, de la charcuterie, de la salade, des petits pâtés… etc… etc… L’hôtel avait bien fait les choses et nous avait regroupé tous les 24 à une grande table disposée de manière à ce que nous nous fassions tous face. Une fois dégustée l’entrée, la première, la deuxième, voire la troisième, nous repartions vers un autre buffet, et à notre retour la belle table, bien dressée, avec une nappe blanche immaculée et des serviettes de qualité, s’était vue débarrassée de l’assiette déjà utilisée. Un personnel de qualité, souriant, était à notre service pour réaliser le moindre de nos vœux. Le terme il n’y a qu’à lever le petit doigt s’applique parfaitement à la situation.

Et nous voilà repartis à l’assaut des plats chauds : planchas, grillades de viande ou de poissons cuits devant nos yeux, paëllas, légumes variés cuisinés à l’espagnole, brochettes, j’arrête autrement j’aurai une indigestion.

Nous prenions place à table à 19H00 et en moyenne nous la quittions peu avant 21H00. Pourtant il n’y avait pas de lenteur du service qui n’arrêtait pas d’aller et venir pour desservir, exaucer tous nos voeux et nous servir toutes les boissons réclamées. Cela veut probablement dire que la nourriture était abondante et les appétits féroces. Les conversations elles, étaient animées.

Pour avoir occupé la place à côté de Jean notre doyen, il ne m’en voudra pas de citer son âge, 84 ans, c’est un honneur à ce stade, j’ai été impressionné au moment du (des) dessert(s) de constater son addiction à la glace : inversement proportionnelle à sa taille… c’est dire !

Mais il n’y a pas que Jean et je n’ai pas remarqué un seul courageux qui a fait l’impasse sur le buffet des gâteries avec moultes gâteaux divers et variés. On a pu là reconnaître les inconditionnels du chocolat alors que d’autres juraient plutôt par la vanille.
baleares4


Mais que diable je m’égare, venons en au dimanche matin, c’est vrai nous sommes arrivés hier samedi, nous étions le 12 octobre. Aujourd’hui c’est dimanche, comment les choses allaient elles se passer, eh bien exactement comme l’avait prévu notre président, tout naturellement trois groupes d’affinités, de niveau, de hasard,- à la satisfaction de tous-, se sont formés. Le maître mot du Président : LIBERTE, et cela a merveilleusement fonctionné tout au long du séjour.

Le matin au départ, c’est à dire au seuil du gigantesque garage à vélos, tous dans les mêmes couleurs (les vélos), chacun s’affaire. La maison HUERZELER a mis à notre disposition des bananes et des petits sandwichs au fromage, pas « top » mais bien pratiques quand même ainsi que deux immenses cuves remplies l’une de boisson énergétique et l’autre de thé de quoi remplir les gourdes. Au départ un peu de cafouillage en sorte que je me retrouve seul pour avoir suivi des cyclistes n’appartenant pas à notre groupe, ah cette cataracte !

Soit, on ne la fait pas à un ancien et grâce au nez et à la débrouille je finirai par rejoindre mon groupe après avoir croisé Martine et Huguette pour la première fois de la journée. 1ère sortie, une sortie emblématique et pour moi un merveilleux souvenir de mon séjour ici au printemps 2014. Cap sur le phare de Formentor, une étape de 83 km et je vous jure ce n’était pas plat. Comme cela se termine par une impasse, peut-être pas le bout du monde, mais le bout de la terre, forcément à un moment ou à un autre nous allons tous nous retrouver ou nous croiser. Un spectacle impossible à décrire, un panorama de rêve, des criques qui présentent toutes les nuances de bleu et de vert, le tout imprimé sur un autre bleu encore, celui du ciel, mais pas un bleu laiteux ou gris comme chez nous, non un bleu ciel très foncé et prononcé sans aucun nuage. Il faut prendre garde à la route qui monte fort, peu de mérite pour moi qui cette fois ai enfourché un électrique, mais autant de bonheur que les autres, attention les descentes sont raides aussi, surtout que tout le monde ne respecte pas les règles du code de la route. En effet de petites chèvres effrontées traversent la route sans crier gare, tandis que des moutons bêlant traînent au milieu du chemin sans daigner nous céder le passage.

Un premier jour, une prise de contact sérieuse, nous sommes déjà dans le bain.

Le lundi 14 c’est un tout autre paysage qui nous attend, un vrai paysage champêtre plus proche de nos régions, direction le sud, Maria de la Salut, Petra, etc…

Un grand ressenti de bien-être. Je parle bien entendu du groupe au sein duquel je roule, parfois à neuf, parfois à sept. Bonne humeur, convivialité, discussions. Avec la complicité de Daniel (Dany pour les intimes) qui nous a le plus souvent guidés, je me familiarise tout doucement avec les mystères du garmin. Cette erreur du premier jour ne devrait plus m’arriver. En huit jours de pratique sur le terrain, j’en aurai appris beaucoup plus sur le garmin qu’en deux années. Et je ne suis pas le seul. Ce jour 105km pour 541 mètres de dénivelé.

Pas de répit le troisième jour, du moins pour ceux qui ont fait le choix de continuer à rouler. Ce mardi nous effectuons une véritable étape de montagne : Burvola, Orient, Arvalo. De belles pentes bien raides, des paysages à couper le souffle. Parfois cela nous rappelle les paysages dans l’arrière pays du Lavandou. C’est tout simplement magnifique. La pause de midi est moins généreuse que celle du soir et notre guide rechigne plutôt à faire des haltes réparatrices. La technique est plutôt franchement orientée au « sandwich sur le pouce » rapidement englouti, sans même qu’il y ait systématiquement un arrêt terrasse de café pour du « liquide » Mais bon, nous n’en sommes pas morts et il y aura quand même quelques exceptions sympathiques.

Le mercredi changement de musique, nous partons sur la nationale 4040 pour arriver à Arta au bout ‘une trentaine de kilomètres. Là nous entrons en ville pour aller jusqu’au sommet par de petites ruelles pavées et sympathiques. Nous posons un moment nos montures pour effectuer à pied le tour des remparts moyennageux avant de nous élancer dans la descente et de rejoindre notre nationale 4040. Pas de danger, une large bande cyclable borde la route tout le long mais nous scrutons chaque carrefour en espérant un changement de direction. Le bruit des voitures nous fatigue, mais non ça continue et ça en devient lassant. Heureusement nous finirons par arriver à Porto Cristo située en bord de mer comme son nom le laisse deviner. Ouf, pause sandwich, nous posons notre séant sur les rochers aiguisés et nous admirons le paysage tout en écoutant le bruit des vagues. Rapidement levée du camp et quelques kilomètres plus loin nous découvrons une belle terrasse de café sur laquelle nous pouvons nous désaltérer autrement qu’à nos bidons, nous pouvons même avaler une petite gourmandise sucrée, le tout face à la mer qui nous suit. Ensuite la route reste un peu ennuyeuse mais beaucoup moins fréquentée et nous pouvons à nouveau converser. Les 15 derniers kilomètres se feront sur la même route qu’à l’aller et nous mènerons bon train derrière Daniel notre guide, quand le téléphone de Béatrice retentit. C’est Florence qui appelle au secours, en effet elle n’est plus derrière nous, clouée qu’elle est en haut de la longue descente que nous venons de dévaler. Pas le choix, il faut retourner sur nos pas, remonter la pente. On peut dire que c’est la deuxième fois que Florence nous fait le coup, à croire qu’elle le fait exprès. Hier elle a déjà sacrifié 3 chambres à air. Ça ne va quand même pas recommencer. La réparation s’avère un peu difficile mais avec les 4 mains (comme au piano) de Daniel et de Lulu, plus quelques émotions, les choses vont rentrer dans l’ordre.

Le soir à table, c’est parfois comme à La Maison Blanche, il y a des coups d’état pour ne pas dire des coups d’éclat qui se trament. Ces Dames fortes d’une PARITE ABSOLUE ont au deuxième essai réussi à organiser un plan de table bien singulier. Toutes les féminines se sont regroupées à un bout de la table, repoussant sans considération leurs mâles compagnons, sans aucune reconnaissance pour l’énergie dépensée à les servir comme des princesses.

Mais cela ne se reproduira pas, les choses rentreront dans l’ordre dès le lendemain !!!

Pendant ce temps chez ces Messieurs, certains cherchent à briller comme ils peuvent. Un soir on nous présente la photo de 2 mulets, non pas des vélos de réforme mais bien des mulets avec 2 grandes oreilles. Jugeant sans doute l’effet pas assez convaincant ce même cycliste va se creuser les méninges et nous présenter une superbe créature montée sur des rollers avec une brassière jaune fluo et un minishort aguichant, EFFET garanti, tout le monde en bave encore. Mais qui peut donc se prêter à un jeu pareil au sein d’une compagnie particulièrement sage et « équilibrée ». Il n’y en avait qu’un dont je tairai le nom, un indice pour l’identifier, c’est un banquier… Un deuxième indice pour éviter les confusions, il porte une moustache. Si vous n’avez pas trouvé la réponse tant pis.

Le jeudi 17 Daniel nous a concocté du sur mesure. Il a combiné 2 circuits programmés pour arriver à un mix de 61 km. Je crois que l’autre groupe avait fait très fort la veille en parcourant plus de 140 Km et en gravissant 9 cols ; De plus il s’était permis de nous voler notre Babette, heureusement ils nous l’ont rendue « en très bon état ». Aujourd’hui certains se sont reposés.

Donc beau circuit de « seulement » 61 km en rentrant tôt à l’hôtel.

Reste le dernier jour. Daniel adapte de nouveau 2 circuits, cela lui réussit si bien, et entre parenthèses permet des manipulations sur le Garmin et une familiarisation toujours plus grande avec cet instrument. En route nous faisons une première halte dans un lacet, une course cycliste est annoncée. Nous allons assister à une descente de pros « sur les jantes » nos estomacs se nouent. Non, nous ne sommes pas encore prêts à nous lâcher ainsi. Un peu plus tard, sur les coups de midi/1 heure, nouveau barrage sur la route à Campanet, c’est à nouveau la course cycliste, en fait une autre course. Nous déballons donc notre casse-croûte d’ascète en attendant les coureurs ; sur les panneaux figurent les termes suivants : « VOLTA CICLISTA MALLORCA »

Le retour vers l’hôtel sera ensuite « COOL »

Les têtes, les esprits se dirigent maintenant vers la maison. Rendu des vélos avec des petites surprises sympathiques de notre loueur de vélos, la maison Huerzeler. Cadeau des sacoches de selle, de chaussettes griffées du vélo Huerzeler, maillots vélo vert ou bleu. Que du bonheur.

Bien sûr retour dans nos chaumières sans aucun problème, comme sur des roulettes ou plutôt sur des roues de vélo.

C’est hilares que nous quittons les Baléares.

VIVA ESPANA, VIVA LES CICLISTAS.

Guy


             Cyclo-club de SAINT-AVOLD, un club en marche,

V comme Vélo

A comme Assistance

E comme Electricité

Cette fois ci encore le cyclo-club de Saint Avold a fait le plein pour son voyage familial à Rémuzat dans la Drome Provençale.

Ce séjour a réuni 27 participants durant une semaine du samedi 22 juin au samedi 29 juin 2019.

Après plusieurs séjours en bordure de mer, le choix retenu pour l’année 2019 a été l’une de nos belles régions authentiques. Cette région avait tous les atouts pour attirer les cyclistes les plus chevronnés ou bien pour effrayer ceux moins aguerris, eh bien, comme nous le verrons plus loin, avec l’aide du progrès ce projet a permis de rassembler les uns et les autres.

Nous avons retrouvé avec plaisir le centre de vacances des lavandes à Rémuzat dans lequel le club avait effectué son séjour annuel familial il y a treize ans. Le centre bénéficie d’un cadre privilégié, situé à 460 mètres d’altitude au pied d’une magnifique falaise qui abrite plus de 300 vautours, et le long de la belle rivière l’Oule dont le lit est bien large en été pour laisser s’écouler un filet d’eau étincelante.

Ceux qui étaient là en 2006 on retrouvé un centre à l’hébergement entièrement refait, équipé d’une climatisation qui a parfois eu des soubresauts lors des pics de chaleur à 39 degrés.

Les repas sous forme de buffet ont permis de satisfaire les plus affamés et les plus difficiles, en quantité, en variété et en qualité. La souplesse des horaires avec la possibilité de prendre le déjeuner de midi jusqu’à 13H30 et le souper jusqu’à 20H00 nous ont permis de pratiquer notre activité vélo et nos sorties de la manière la plus large et sans le stress des contraintes horaires.

Le point un « tantinet négatif » a sans doute été « le beau temps » Un beau temps qui a fait monter le mercure à plus de quarante degrés, c’est parfois un peu trop.

Mais la piscine a permis de passer des après-midis réparatrices et rafraîchissantes pour les organismes éprouvés par les sorties cyclistes du matin ; Contrairement à ce que l’on rencontre souvent il y avait plus de monde dans l’eau qu’autour de la piscine. Pendant que certains faisaient le pitre dans l’eau d’autres essayaient de ne pas trop se brûler les pieds en franchissant la « barrière » de carrelage chauffée par le soleil ardent.

Venons en à nos activités cyclistes et donnons quelques chiffres :

- 27 participants.

- Presque la parité : 12 femmes pour 15 hommes.

- 23 roulants et 4 accompagnatrices.

- 9 vélos à assistance électrique (VAE) dont un franchement typé route et les autres plus VTC ou VTT adaptés à la route par le choix de roues. (Sur un nombre de VAE de 12 pour l’ensemble du club)

Chaque matin nous faisions une sortie cycliste à la première heure pour rentrer avant les plus chaudes heures de la journée. Le premier jour nous sommes tous partis ensemble, et rapidement des groupes d’affinité et de force se sont formés. Il y en avait (comme on dit) pour tous les goûts. Nous avons découvert des paysages époustouflants et si Rémuzat est situé à 460 mètres d’altitude, nous avons franchi chaque jour des cols à plus de 1000 mètres d’altitude.

 

Les après-midi étaient normalement réservées aux visites locales et nous avons pu découvrir ou redécouvrir la vieille ville de Vaison-la-Romaine et son fameux pont Romain qui a résisté aux terribles inondations du 22 septembre 1992. Certains ont également visité une fabrique d’huile d’olives. Mais à cause de la chaleur certaines visites n’ont pas été effectuées, les gens préférant rester au centre pour se préserver de la canicule.

Le projet qui dominait et restait toujours en toile de fond avant le fameux mardi 25 juin, c’était l’ascension du Ventoux. Toutes les conversations en étaient remplies. Et toi, tu fais quoi ?

Tu crois que j’y arriverai... par Bédoin ? ou bien par Sault. Tu crois que ma batterie ne va pas me lâcher ?

Oh, je pense qu’on va faire une approche voiture jusqu’à Montbrun etc..., etc...

Je ne parle même pas des nuits, pas un bruit dans les couloirs, certains devaient dormir pour rassembler des forces pour le lendemain, d’autres dans un rêve insomniaque voyaient défiler dans leur tête, tel un film, le serpent de goudron conduisant au chalet

 

Reynard, je crois que cette nuit là (celle du 24 au 25) , même les plus coquins se sont reposés !

La conclusion de toute cette histoire c’est que tout le monde ou presque est « monté ».

Il n’y a pas eu de barrière d’âge ou de sexe. Et j’allais dire, sans arrières pensées, par tous les côtés, le Ventoux a succombé aux assauts des cyclistes Naboriens. Certains avec des vélos tout nus et tout fins, d’autres équipés de leurs batteries, aucune discrimination, la même joie sur les visages, la même fierté.

Et bien sûr tout le monde était à la fête lors de la descente sur Sault, un repas partagé au restaurant le Pitchoun a remis tout le monde d’aplomb, heureusement car il fallait encore rejoindre les voitures sur le parking à Bédoin, et ce ne fut pas le plus facile.

 Tout ceci mérite quelques réflexions.

A la fin des années 1980 à la création du club par une poignée d’hommes et de femmes encore présents aujourd’hui, il n’y avait que des vélos route, le club était principalement familial, puis les enfants ont grandi et sont partis dans la vie active vers leur destin. Saint-Avold a eu sa période de record de féminines, que tout le monde lui enviait, avant l’heure. Le club vieillissait, et sont apparus les VTT qui ont ramené du sang jeune et moins jeune. Le club a connu un nouvel essor, tout cela grâce à ses présidents successifs qui chacun s’appuyant sur les travaux de ses prédécesseurs a su faire évoluer favorablement le club. La dynamique des présidents a entraîné la dynamique des membres, de plus en plus soudés.

La dernière évolution étant l’apparition timide des premiers VAE, regardés il faut le dire, dans un premier temps, « d’un drôle d’œil » la motivation première étant les problèmes de santé, principalement cardiaques ou autres. Comme chacun sait, c’est le premier pas qui compte, même sans problèmes de santé particuliers et précisément pour éviter que ceux-ci frappent, des anciens nous ont rejoints grâce à la fée électricité, alors que des membres historiques se sont convertis à cette nouvelle discipline pour pouvoir accompagner les copains. Les femmes s’y sont mises aussi (5 femmes sur 12 VAE). Elles qui n’ont pas toujours eu le temps suffisant pour les entraînements, accaparées qu’elles étaient par leurs familles et qui ont rejoint la grande famille cycliste sur le tard.

Que du bon donc.

On déplore malheureusement un accident. Un accident bête, il va s’en dire ; Un touche-touche de roues qui a précipité notre ami Alfred à terre. Cela lui a permis de tester trois hôpitaux du secteur, mais à l’heure où j’écris ces lignes, Alfred est rentré dans ses pénates. Nous, ses camarades, nous avons recommencé à respirer sereinement. Je pense à son épouse, et je suis malheureusement particulièrement bien placé pour comprendre son soulagement. C’est une épreuve douloureuse, mais ce n’est finalement « pas grand chose » : La leçon de cette histoire : PRUDENCE, PRUDENCE et PRUDENCE ; PROFITONS des bons moments et instants que nous vivons chaque jour.

Bon rétablissement Alfred unanimement de la part de tous les membres du club.

Guy


Tous les membres du club, participant ou non au séjour étaient conviés à cette soirée par le président Marc Gaspary. Une trentaine de personnes se sont retrouvées à 18 h dans la salle commune de la Maison des Associations, pour évoquer les bons souvenirs de ce séjour 2018.

La soirée débuta par le visionnage d’un diaporama musical concocté par Jean Michel Schambill, retraçant les péripéties des participants et illustrant un retour sur les beaux paysages et monuments de la Dordogne rencontrés par les cyclos sur leurs parcours respectifs.

genies2

Après l’apéro offert par le club, le président prit la parole pour évoquer le futur séjour 2019.
                       genies3                        genies4

Le premier choix du séjour 2019 était Sévrier près d’Annecy ! La reconnaissance faite par Marc et Huguette, n’ayant pas donné satisfaction, à cause d’un hébergement non conforme à leurs attentes, le nouveau choix s’est porté sur Rémuzat, ou nous étions déjà en 2006. De part sa proximité, ce lieu avait donné à de nombreux cyclos l’opportunité de gravir le Mont Ventoux, lieu mythique s’il en est du Vaucluse.

Le séjour 2019 aura lieu du 22 au 29 juin 2019, à un tarif qui vous sera indiqué très bientôt par proposition sur votre messagerie. Distance du déplacement environ de 750 km.
La soirée s’est terminée par la dégustation des mets et desserts préparés par les familles, la charcuterie et boisson étant fournie par le club. Autour des tables, les discussions étaient nombreuses entre les cyclos et parfois animées par les éclats de rire des convives qui visiblement étaient ravis par la bonne ambiance.
A bientôt, pour de nouvelles et belles balades sur chemins et routes, à deux roues, motorisées ou non.
Jacques
A l’assaut des routes du Périgord Noir autour de SARLAT.

 Le voyage cyclo familial 2018 qui s’est déroulé du samedi 16 au 23 juin a mené les cyclos naboriens à SAINT-GENIES près de SARLAT pour une semaine de vélo sur les routes du Périgord Noir, haut lieu de la gastronomie française.

21 membres se sont retrouvés au « Domaine de Pelvezy », un superbe domaine arboré où les services communs sont abrités dans un superbe château et où les vacanciers sont logés dans de petits chalets en bois éparpillés sur le site.

                             genies3genies4

Les matinées étaient consacrées au vélo pour 11 cyclos et 5 cyclotes qui se répartissaient dans 2 voire 3 groupes de niveaux. Les distances parcourues en matinée variaient de 50 à plus de 100 km sachant que les routes calmes et étroites sont très carrossables mais présentent un dénivelé positif non négligeable de 1,5% au kilomètre.
                              genies6genies7
Au cours des parcours on longeait de nombreux champs plantés de noyers, on passait devant les fermes d’élevage à l’air libre de canards destinées après gavage à la fabrication du foie gras et on pouvait admirer les superbes demeures construites en pierres de taille calcaire dont les toits très pentus étaient souvent recouverts de ces mêmes pierres. Un vrai régal pour les yeux pour celles et ceux qui aiment rouler dans la campagne loin du bruit de la ville et de la circulation urbaine.

Le Samedi 17 mars, 13 membres du club dont 9 cyclos et 4 accompagnatrices, se sont retrouvés au village-club l’Oustal Del Mar au LAVANDOU sous un beau soleil afin de prendre leurs quartiers pour une semaine de vélo et de détente.

Dès dimanche matin tout ce beau monde s’est retrouvé à 9H00 précise pour la première sortie. Après la traditionnelle photo de groupe, le groupe Loisirs au nombre de 3 s’est dirigé vers La Londe des Maures par la piste cyclable, passage par les 3 Borels puis retour par la route des Châteaux et le Pas de la Griotte. Le groupe des randonneurs pour sa part a pris la direction opposée vers le col du Canadel pour revenir par la route des Crêtes vers le Col du Cago-Ven puis Bormes les Mimosas et le Lavandou.


Après le déjeuner puis le café pris à l’extérieur sous un beau soleil printanier, les membres avaient la possibilité d’aller regarder en ville, le superbe corso fleuri organisé par Le Lavandou. Un cortège, de chars chichement décorés de fleurs de toutes les couleurs, parcourait l’artère principale de la ville qui n’était accessible qu’aux spectateurs munis d’un billet d’entrée. A l’issue du défilé, les spectateurs pouvaient récupérer les fleurs ornant les chars, mais au préalable tout le monde a été obligé de se mettre à l’abri car une forte averse digne du Sud de la France, a perturbé la fin du spectacle.

  

Du 24 juin au 1er juillet 2017, 24 membres du cyclo club de Saint-Avold, se sont déplacés à SAINT PIERRE LA MER dans le département de l’Aude pour rejoindre le Centre Vacanciel afin de faire une semaine de cyclotourisme. Marc Gaspary le Président avait concocté un programme qui prévoyait en matinée du vélo et dans l’après-midi des visites ou tout simplement farniente à la piscine.
Après le petit déjeuner, pris tous les jours à 7H30, 2 groupes de niveaux, celui du Groupe Loisirs composé de 7 membres dont 4 féminines et celui des Randonneurs composé de 13 membres dont 3 féminines, s’élançaient sur des circuits élaborés par Daniel DITSCH et Jean Michel SCHAMBILL dont les kilomètres respectifs étaient de 60 km et 90 km sachant que le retour se faisait vers 12H00 pour pouvoir prendre une bonne douche avant de passer à table pour le déjeuner sauf pour jeudi où la formule pique nique avait été adoptée.
Les accompagnatrices au nombre de 4 profitaient pendant ce temps des installations du Centre, de la mer ou allaient à la découverte des curiosités locales.
Au cours des sorties vélo, les cyclos ont sillonné la région comprise entre NARBONNE, BEZIERS et le Canal du Midi en découvrant entre autre les fameuses « 9 écluses de Fonserane ». Le Groupe Loisirs a parcouru ainsi 350 km et le groupe Randonneurs 580 km.
Les après-midi ont été consacrés aux visites du « gouffre de l’œil Doux » à Saint-Pierre, de GRUISSAN avec son port son marais salin, ses parcs à moules ou encore le jour du pique nique le site archéologique et le musée de l’Oppidum d’ENSERUNE. Certains ont également visité les villes de BEZIERS et de NARBONNE ou ont dégusté le bon vin de cette région vinicole aux nombreux châteaux.
Les prestations du village étaient bonnes ce qui a rendu le séjour agréable d’autant plus que le soleil et la chaleur étaient au rendez-vous.
Pendant la semaine un incident a été déploré avec des conséquences matérielles mais pas humaines et c’est ainsi que tout ce beau monde s’est retrouvé vendredi en soirée pour le bilan de la semaine vélo et la photo souvenir, suivis par le pot offert par le club.
Dans son discours de clôture, le Président, a remercié toutes celles et ceux qui se sont impliqués dans la préparation, l’organisation et le déroulement du séjour pour que ce dernier soit une réussite, ce qui a été le cas.
Le secrétaire du Cyclo Club : Jean Michel SCHAMBILL

 

Le Samedi 18 mars, 30 membres du club dont 21 cyclos et 9 accompagnatrices, se sont retrouvés au village-club l’Oustal Del Mar au LAVANDOU sous un beau soleil afin de prendre leurs quartiers pour une semaine de vélo et de détente.
Dès dimanche matin tout ce beau monde s’est retrouvé à 9H00 précise pour la première sortie. Après la traditionnelle photo de groupe, le groupe Loisirs au nombre de 3 s’est dirigé vers La Londe des Maures par la piste cyclable puis retour par la route des châteaux pour rejoindre Brégançon et son fort, résidence d’été des présidents de la république, avant de revenir au Lavandou par le Pas de la Griotte. Le groupe des randonneurs pour sa part a pris la direction opposée vers le col du Canadel pour revenir par la route des Crêtes vers le Col du Cago-Ven puis Bormes les Mimosas et le Lavandou. Ce groupe fort de 18 membres s’est scindé en deux d’une part pour des questions de niveau et d’autre part pour des raisons de sécurité.
 

   
© Cyclo-club St-Avold 2016