Prochaines sorties  

VTT Loisirs
Sam Oct 27 @13:30 -
VTT
Dim Oct 28 @09:00 -
VTT
Jeu Nov 01 @09:00 -
VTT Loisirs
Sam Nov 03 @13:30 -
VTT
Dim Nov 04 @09:00 -
VTT Loisirs
Sam Nov 10 @13:30 -
VTT
Dim Nov 11 @09:00 -
Assemblée Générale du Club
Sam Nov 17 @15:30 -
   
Octobre 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
   

Espace Membre  

Bonjour, connectez-vous

   

mixte 250-250

   
9 vttistes, dont 3 VAE, étaient présents pour cette sortie.
Petit échauffement dans des singles le long du centre équestre pour arriver près de la Merbette. De là, direction la route de Himmering par la sapinière puis direction Longeville par petit sentier.
On longe le ruisseau et première difficulté du jour : montée vers les éoliennes.
Arrivés en haut, Adrien décide de prendre la direction du groupe.
On longea les éoliennes par le chemin en chiste jaune puis sur la route, droite-gauche, pour remontée la ligne anti-chars et prendre la direction de la roseraie.
En face, on entra dans le massif pour emprunter des longs singles entre les arbres et sortir à l’entrée de Créhange.
Notre guide (Il était remonté le bougre) pris la direction du golf par les singles qui longent la route et il prit une variante avec des trous (descentes de +20% et montées idem). On le laissa et nous préférons prendre un chemin plus sage pour le rejoindre à Faulquemont.
Retour par le contournement du golf à gauche, les Hauts de Téting, la zone de Furst, descente vers le lycée technique, l’Agora et Oderfang. Le tout entrecoupé par un single avant Furst.
38km et 550 m de dénivelé.

                                                                              3 participants Dany - Bernard - Michel
 Départ de St Avold au petit matin (7h30) par une température un peu fraîche (3°) en direction de BITCHE 
9h30, nous partons vers le château du petit ARNSBOURG avec une bonne montée pour nous mettre en jambes.camp pour rejoindre notre point de départ à OBERSTEINBACH (67510)
Puis nous allons visiter le château  de LUTZELHARDT en passant par de beaux "singles" , superbe parcours fait par Dany.

Maintenant c'est l'heure du casse-croûte, nous avions prévu une petite collation au resto de L'ARNSBOURG à BAERENTHAL (formule senior +60 ans) 100€ avec boissons.Pas de bol pour les 3 séniors du jour, resto complet........dommage nous nous sommes contentés d'un casse-croûte (saucisson et fromage), en bordure de forêt dans le petit village de LUDWIGSWINKEL. Il ne manquait que le "pinard".Changement de décor et un petit détour sur notre circuit pour visiter un ancien dépôt de munitions de l'OTAN à FISCHBACH (Allemagne).
 Pour digérer, quelques belles bosses pour arriver aux ruines de BLUMENSTEIN,puis la dernière ruine de WEGELNBURG, avant d'arriver au café des 4 châteaux situé au pied du château LE FLECKENSTEIN  ( LEMBACH) pour une bonne bière bien méritée.
Retour à OBERSTEINBACH à 17h30 aprés notre belle balade de 45 kms pour 1400 m de dénivelé.

 
Participants :
Marc G le photographe, Elisabeth, Roland U, Fernand D, Daniel R, Jean Paul L, Patrice B, Alfred A.
Le circuit 44 km et 665 m de dénivelé
Nous étions 8 ce matin à nous retrouver à l’entrée de Puttelange aux Lacs pour notre sortie extérieure du jour concoctée par Elisabeth. En fait la trace correspond au raid Sarre Moselle 2018 qui se déroulera dans trois semaines.
Le circuit commence mal pour notre pratique, obligés d’emprunter la départementale jusqu’à l’entrée de Théding. Ensuite tout change, nous quittons la route pour rejoindre les champs et là, première surprise une descente ravinée que mon Garmin affiche à -12% causant quelques problèmes à certains.
Après avoir traversé la route de Cocheren, nous retournons dans la forêt pour monter rejoindre des singles serpentant en bordure de petits ravins où coule en contrebas le ruisseau Tiefenbach.
Jonché de racines, parfois en dévers, ces singles magnifiques nous emmènent vers Cocheren, avec en prime une superbe descente sur plus de 2 km dont un endroit à plus de -25%. Ce passage a été le théâtre d’une petite chute sans gravité de l’un de nos participants et donc… la remise en question pour certains du franchissement. Ce fut donc l’occasion pour Elisabeth de vaincre ses appréhensions et de se lancer dans cette difficulté avec brio.
Dans Coheren nous nous sommes dirigés vers la forêt de Béning les St Avold, et là, le chemin monte à nouveau à plus de 12%, nous traversons les champs pour rejoindre un nouveau single en forêt, longeant le circuit de modélisme pour redescendre vers Seingbouse.
Là, la trace nous emmène vers les forêts d’Henriville et de Cappel en empruntant quelques- uns des singles du circuit de Barst que nous avions fait il y a trois semaines avec Adrien.

En arrivant dans la forêt de Farschviller, le régional de l’étape, Patrice, nous a fait découvrir pour le fun, une multitude de chemins de traverse pour rejoindre Loupershouse, Guebenhouse, Enerstviller et finalement atteindre Puttelange aux Lacs en longeant l’étang.

La sortie s’est achevée à midi, nous nous sommes tous retrouvés autour d’une table pour déjeuner, à l’exception de Daniel et Patrice qui avaient d’autres engagements.

Merci à Elisabeth, ainsi qu’à Patrice qui nous a fait partager son terrain d’entrainement et qui se propose d’organiser prochainement une sortie découverte des singles de Woustviller.
7H00 départ de Faulquemont par 14°, à portée de main le road book (…, sortie aéroport, premier feu à gauche,….). Au programme, un 50 km VTT à Sankt Ingbert comportant des passages techniques et totalisant quelques 1.200 m de dénivelé positif.
Peu avant 8H00 j’arrive au point de rendez-vous avec Marc et Alfred où nous retrouvons Daniel. Il ne manquait plus qu’Elisabeth qui visitait les faubourgs de Sarrebrück. 
Nous démarrons vers 8H30. Après quelques encablures nous arrivons sur les premiers sentiers en forêt où nous découvrons un fléchage parfait. Le soleil rasant nous offre une atmosphère, des points de vue et des senteurs à couper le souffle. 
Au kilomètre 4 la mise en jambe. Une première montée sur 1 bon kilomètre. Mon GPS indiquait des pourcentages dignes d’un Pineau des Charentes. Assisté par mon V.A.E j’admirai avec quelle aisance mes compagnons grimpaient ce raidillon tout en écoutant les conseils donnés par notre guide et professeur Alfred. 
Après cet échauffement un pur bonheur. Une succession de singles, de parties roulantes, de montées et de superbes descentes clairsemées de passages techniques. A chaque passage technique nous avons été guidés notre coach qui avait parfaitement jaugé nos aptitudes.   

sank 3sank 4sanksank 5

Au kilomètre 28 nous trouvons une barrière barrant un pont en bois, fortement fragilisé, enjambant une voie ferrée. Après une petite hésitation nous voilà reparti en traversant le pont un par un en s’assurant que le plus lourd passe en dernier. En qualité de serre file je peux certifier que le pont résiste à quelques 0,110 tonnes.
  A 13H30, en arrivant au point de départ, quelques gouttes d’eau pour nous rafraichir et enlever la poussière. Décidemment notre G.O. avait tout prévu, dans le moindre détail… jusqu’à la douche « céleste ».
 
Pour clôturer cette magnifique aventure nous nous sommes retrouvés autour d’une bonne table.
Merci pour cette superbe journée
A l’heure du laitier chacun était encore blotti sous la couette, ou peut-être la chaleur estivale aidant tout simplement serré (serrée) contre sa tendre moitié sous un drap froissé en attendant que le soleil ne se montre de manière un peu plus généreuse.
C’est vrai, même pour les plus éloignés Barst est situé à un jet de pierre, un petit saut de puce ou pour les cyclistes un coup de pédale bien gentil.Et puis promis, juré, 42 km, 420 mètres de dénivelé… une paille, les doigts dans le nez. Pas de stress, c’est Adrien notre ancien qui est aux manettes, Alfred n’a qu’a bien se tenir.
A 8H15 grande effervescence sur le parking de la mairie de Barst, les voitures arrivent.
Cette foule, ce nombre inhabituel de vélos ne manque pas de m’intriguer. Après les différents changements de programme liés à la météo capricieuse nous allons dénombrer 12 participants, voilà même Elisabeth qui arrive directement sur son VTT sans passer par la case voiture, arborant fièrement sa mini-jupe spécial vélo qui met mon cœur en émoi. Attention Elisabeth de ne pas trop en faire, certains de ces Messieurs sont équipés de stents, voire de pacemakers, il ne faudrait pas que les machines s’enrayent.
Et puis j’écarquille les yeux, Martine a emmené Alfred dans sa superbe voiture…                                           
Non !
Non et non, Martine s’est emmenée toute seule avec son superbe vélo à assistance et on va voir ce qu’on va voir.
Christine aussi est là piaffante d’impatience. Nous assistons au retour de Josette remontée par on ne sait quelle drogue. Il semblerait que sa médecine s’appelle Eric, en tout cas superbement efficace !

Après les embrassades et la joie habituelle des retrouvailles Adrien donne le départ, il a décidé aujourd’hui de nous faire visiter la ligne Maginot aquatique. Adrien a bien du mal à conserver la tête de sa petite troupe. Tout de suite les féminines se placent en tête sans vergogne, les mâles s’accrochent fièrement, la lanterne rouge commence à souffrir.

parcours de 52 kms au départ de Lauterbach.

pour accéder au polygon, et  éviter les grosses agglomérations, quelques pistes cyclables et de beaux "singles" , un peu de portage dans un crassier au nord du BAUHAUS pour agrémenter le circuit.

nous voilà au pied du terril,superbe montée qui s'apparente à un km vertical, un petit "VENTOUX".vue magnifique sur SARRELOUIS et ses environs.

Aprés une petite pause bien méritée , nous sommes repartis vers Lauterbach par de beaux sentiers.

trés belle sortie.

Dans la petite commune d’Ensdorf se trouve le plus haut terril de Sarre. Une montagne noire aux flancs verts haute de 150 m, pour une superficie de 50 hectares. Au sommet se trouve le SaarPolygon. Un monument étrange qui vaut la peine qu’on se donne pour le gravir.

                  ensdorf2

Je m’y attendais, mais malgré tout un brin d’inquiétude m’a saisi lorsqu’Alfred m’a demandé d’assurer le compte rendu de notre dernière sortie VTT.
J’ai réfléchi un peu mais l’homme était sec de sec, le cerveau vide, la tête ailleurs, pourtant je ne pouvais pas décevoir, je ne pouvais pas dire non à Alfred l’homme qui se décarcasse.Je me suis donc assis devant une feuille blanche, une feuille d’ordinateur, et tout doucement, comme un mirage naissant, comme un miracle, dans ma tête cela s’est mis à bouillonner et les neurones sont entrés en ébullition ; Vite j’ai dû me reprendre pour maîtriser la situation et organiser tout ce désordre,
Et tout naturellement le rêve est devenu réalité, les mots se sont alignés d’eux-mêmes les uns derrière les autres, le récit devenait réalité et la page blanche se couvrait de signes de manière à communiquer avec les camarades et à nous raconter cette belle journée à tous comme si tous nous avions été présents, comme si tous nous avions mal aux mollets et que l’estomac réclamait une compensation après l’effort fourni.
Et voici notre histoire. Pour moi elle commence à 5H10, lever aux aurores, dès le pied droit sur la descente de lit, et mes lunettes posées sur le nez je suis dans l’aventure. Petit-déjeuner un peu plus consistant que d’habitude, je tourne quand même rapidement les pages du journal local surtout pour sacrifier à un rite quotidien, plus même que pour prendre connaissance des nouvelles, je dirais les catastrophes nationales et internationales et les chiens écrasés de la région.
Sur ce, passage rapide à la salle-de-bains. Ça c’est le corps, l’esprit lui est déjà 98Km lus loin, plus précisément sur le parking de la piscine de Niederbronn-les-Bains.
Le voyage en voiture me paraît un plus long que d’habitude, probablement parce que cette fois ci je n’ai pas de compagnon de route. Mais au bout d’une heure vingt minutes de route j’arrive sur le parking avant même l’heure du rendez-vous fixée à 7H45. Le gros de la troupe est déjà là, en fait je crois que nous arrivons dans un mouchoir de poche, aucun retardataire.
Et là la mayonnaise prend, ce n’est que saluts, éclats de voix, éclats de rire. Nous sommes tellement contents de nous retrouver, de serrer les mains, d’anticiper les aventures de la journée à venir.
Il est 8H10, et il est temps de passer aux choses sérieuses, nous allons partir :
Le groupe route composé de Patrick, Roland, Jean-Paul, Zoubier et Lucien vient de partir.
Alfred notre guide VTT démarre à son tour suivi de Babette, Marc G., Adrien, Alain, Fernand et Guy.
Là je n’en crois pas mes yeux ni mes mollets, nous entamons une descente, certes modeste, (j’ai regardé Garmin, nous passons de 273m à 259 mètres, vous vous rendez compte) mais ça ne monte pas, ça descend…
Cinq minutes à peine viennent de s’écouler, comme d’habitude notre guide vient de trouver le « sillage » et déjà ça monte. Vas y mollo Guy garde ton souffle, une longue ligne droite montante se déroule devant moi et je n’en vois pas le bout. Du bout des lèvres, je me murmure à moi-même, plutôt en forme aujourd’hui. Je m’arrange pour que personne n’entende, j’ai peur des sarcasmes surtout que ma position se situe plus sur la fin que sur l’avant. (En tout une élévation de 175mètres,- de 259 à 434).Mais ça monte, et ça monte et ça ne cesse pas de monter. Chacun son rythme, personne ne grogne, il est vrai que nous étions prévenus. Pour l’instant pas beaucoup de racines, c’est déjà ça, le sol est propre, plutôt sablonneux, recouvert des feuilles du dernier hiver, un vrai tapis, le luxe, quoi !
Et c’est bizarre, oubliée la tôle ondulée, un parcours parfait pour un vieux qui ne supporte plus les chocs trop violents, il faut ménager la monture. Le souffle se régularise, je peux apprécier le paysage et jauger la piste devant moi. Ce n’est pas facile mais que c’est bon. Je dirais un circuit à la portée de tout « un pékin », la seule chose, il faut l’envie, un peu de mollets, le goût de la découverte , de la volonté aussi, et là l’esprit de la petite famille l’emporte, impossible de flancher, ceux qui sont venus 2 fois reviendront à chaque fois.
Et nous ne demandons qu’à accueillir des nouveaux ; Comme la nature est ainsi faite que nous ne pouvons plus faire de petits malgré l’ardeur et la « verdeur » des cavaliers sur leurs montures et malgré la gentillesse et la hardiesse de notre Babette, encore faudrait-il pouvoir la rattraper.
La seule solution pour nous c’est l’adoption !!!
Alors, avis aux amateurs, ils ne seront pas déçus. S’il vous reste quelques craintes, essayez, le plus grand danger qui vous guette n’est pas celui que vous croyez, à savoir l’échec ou la souffrance, non c’est le virus ou l’addiction.
Trêve de bavardage. Le circuit se poursuit, au bout d’une heure nous avons quand même parcouru 8km mais nous sommes toujours 7. Je scrute l’horizon, tiens loin devant Alfred a les pieds « sur le sol » et marche à côté de son VTT, ce doit être dur. Au bout d’un moment nous arrivons au carrefour du Windstein, quelle direction allons nous prendre ?
Eh bien, la plus difficile bien entendu, une belle prairie parsemée de splendides œillets sauvages de couleur rose. Un véritable mur, pas question de prendre de l’élan, le tout est de ne pas marcher à reculons et de tenir bon. Nous poussons nos montures vers le haut, personne ne fait exception, les mollets brulent, le souffle est court, nous sommes même obligés de faire quelques courtes pauses histoire de respirer. Alfred qui connaît ses ouailles y va de ses recommandations et m’a bien dit de manger à chaque heure, mais les pauses sont rares et courtes, j’essaie cependant de croquer de temps à autre dans une barre, plus lors d’un ralentissement que d’un véritable arrêt.
C’est vrai que nous remarquons l’absence (involontaire) d’un habitué qui se reconnaîtra, de ce fait même les pauses « prostate » disparaissent, et puis le dénivelé et la transpiration aidant, « l’évacuation » se fait beaucoup par les pores !
Tout de même, nous coupons une miniscule route asphaltée en haut d’un raidillon, enfin… c’est que nous avions cru, après un haut il y a parfois de nouveau un haut. (point culminant = 516 m). Soit, c’est la totale : les langues se délient, prostate, barre de céréales, boissons, aujourd’hui pas de bananes…
 Et Babette partage, c’est notre mère, je dirais plus respectueusement notre sœur !
Alain prend plutôt de la poudre de perlimpinpin… chacun sa méthode.
Moi je reprends plus simplement mon … souffle.
Mais il est temps de repartir, et bien caché dans la forêt c’est un nouveau single, je vous le donne en mille, on monte ? ou bien on descend ? Non, fichtre non, nous montons à nouveau. Pas grave nous sommes chauds, lors d’un passage plus difficile qu’un autre où tout le monde a mis le pied à terre, Adrien nous surprend tous, avec son VAE qu’il maîtrise parfaitement, il s’élance vers le « firmament », il évite avec beaucoup d’intelligence la trace périlleuse empruntée par ses prédécesseurs pour passer dans l’herbe verte à côté, et en expert il passe brillamment l’obstacle. Bluffant !Il faudra qu’il nous donne des leçons.
Il y a des descentes aussi, mais je dirais que paradoxalement, aujourd’hui les montées « montent » moins, les descentes « descendent » doucement. Peut-être est ce l’accoutumance et l’expérience. Mais nous ne sommes pas des blasés du paysage, le sol est « plus doux » mais nous pouvons admirer les concrétions de grès rose vosgien ; Nous passons également juste à côté d’un merveilleux château médiéval en ruines restauré juste ce qu’il faut. Et c’est ainsi que notre rêve se poursuit.

Pour sa deuxième édition de sortie au lac de Pierre Percée Alfred nous avait préparé un rendez-vous à Celles sur Plaine. La météo plutôt clémente a permis de rassembler les troupes le jeudi 3 mai.
Alfred avait prévu un éventail de possibilités très large de manière à rassembler le plus grand nombre. Et le résultat fut à la hauteur puisque nous nous retrouvâmes à 6 Vtétistes, 8 routards et même 3 marcheurs.
Le rendez-vous des Vtétistes était fixé à Badonviller petite bourgade de 1550 habitants environ. On sent dans cette cité une histoire, une vie passée, malheureusement sur le déclin pour ne pas dire plus. On remarque que la ville comprend de nombreuses maisons ouvrières édifiées cités. En faisant des recherches, les archives nous apprennent que la richesse passée de cette bourgade provenait d’une usine de faïence et de verre florissante, usine créée en 1898 pour présenter un pic d’activité vers 1950 (plus de 1100 ouvriers) et définitivement fermée au printemps 1989.
Badonviller est située direction plein sud et à 80 Km environ de Saint-Avold.
Il fallait donc compter une petite heure ½ de déplacement en voiture pour se rendre sur place.
Les routards eux ont démarré leur périple de 83 Km à partir de Celles-sur-Plaine située à une dizaine de km de là environ pour gravir une des montées du col du Donon les plus redoutables de ce col mythique, l’un des plus connus de notre région.

celle1

Quelques mots également sur le lac. Entre 1981 et 1985 EDF construisit un barrage au lieu dit « le Vieux Pré » et il fut mis en service en 1995. Ce lac, la troisième plus grande étendue d’eau douce de la région lorraine (302 Ha) est destiné à réguler le cours de la Moselle lorsque le débit de celle-ci est trop faible pour compenser le prélèvement de la centrale nucléaire de Cattenom.

Elle était attendue cette sortie à Pierre percée, annoncée depuis longtemps mais plusieurs fois reportée pour cause de météo.
La patience d’Alfred qui agit toujours avec beaucoup de détermination mais sans précipitation a permis de rassembler un nombre de participants élevé :
Alfred notre guide, Marc notre président, Elisabeth notre championne, Alain notre serre file dévoué, Lucien notre lève tard qui a fait un effort, Roland le toujours bien coiffé, Fernand qui fait parfois mine de ne pas comprendre, Adrien l’intrépide, Patrick l’homme en forme, Guy le vilain rapporteur (il fait le rapport)
Vous avez compté avec moi : Dix (10)
Normalement nous étions prévus Onze (11), il y a eu un désistement de manière à ce que nous puissions mieux effectuer le comptage durant la randonnée, c’est quand même plus simple de pouvoir compter sur les doigts des deux mains.
Venons en à notre randonnée. Au départ de Saint Avold petite route bucolique sur 93Km avant d’arriver au point de départ : le parking devant la maison de retraite à Badonviller.
Tous des gens disciplinés ces cyclistes, avant 9H30 planning annoncé, la troupe piaffait d’impatience prête sur la ligne de départ.
A 9H45 , comme prévu, une fois les GPS réglés, la troupe s’ébranle, et de suite nous attaquons une belle montée à froid ; manière de parler car le thermomètre a déjà fait un bond, ça promet pour la suite. Pas d’attente pour tester mes pneus. Alfred à force de me charrier depuis des semaines voire des mois a réussi à me convaincre d’adopter un « TORO » à l’arrière (Je vous assure que ça donne de la stabilité, mais à un homme de 71 ans ça donne aussi des ailes) et un « NOBY DIC» à l’avant. (ne pas confondre avec la baleine).
Et ça monte, et ça monte encore, nous croyions que le terrain serait sec, que nenni ! sec pas partout et il faut quand même jongler avec les flaques de boue. Il n’y a qu’Elisabeth qui a décidé de baptiser son tout nouveau vélo, et le baptême est réussi, on ne voit plus la couleur du cadre ni des jantes ; Il y en a un autre comme ça, je ne voudrais pas le nommer, sans doute suivait-il Elisabeth de trop près tant et si bien que son vieux « clou » subit le même sort et se retrouva couvert d’une belle couche d’apprêt.

   
© Cyclo-club St-Avold 2016